Tout savoir sur le blond polaire

 Photo @ SWY studio

Photo @ SWY studio

 

Passer au blond est toujours une grande étape lorsque l’on fait une coloration, et plus particulièrement lorsqu’il s’agit du blond polaire. Cette technique de décoloration, qui tire vers le blond gris, connaît un grand succès et peut être l’occasion d’un véritable changement de tête. Alexis M, expert Reporthair, nous aide à comprendre ce qu’est le blond polaire exactement, explique la différence avec le blond platine ou le blond blanc, et comment on peut entretenir et préserver ses cheveux et sa couleur.

Le blond polaire : une décoloration maximum

Le blond polaire, comme les autres blonds, est une décoloration, plus précisément un "éclaircissement maximum à blanc, repatiné sur une nuance froide qui tire vers le blond gris cendré perlé", explique Alexis M. La décoloration peut être partielle ou totale, en fonction du résultat souhaité et de la couleur initiale. Ainsi, il existe plusieurs techniques comme le précise Alexis M. : "On peut soit procéder à un balayage, soit effectuer une décoloration totale. Cela dépend si l’on veut garder une profondeur avec une racine, ou obtenir une couleur plus uniforme."
Pour l’expert, le balayage peut aussi bien se faire sur une brune que sur une blonde, ce sont les mèches travaillées qui vont être éclaircies à blanc.

Blond polaire, blond platine, blond blanc… Quelle différence ?

Il existe tant de nuances de blonds que l’on peut s’y perdre. Pour faire simple, lorsque l’on parle de blond blanc, il s’agit du fond d’éclaircissement, le blond polaire, lui, s’obtient grâce à la patine.
Quant au blond platine, il est réalisé à l’aide d’un "éclaircissement maximal, avec une nuance dorée", continue l’expert. Au final, les différents blonds s’obtiennent par un éclaircissement, et la différence se fait sur le pigment que l’on ajoute par-dessus : "Sur une blonde naturelle, j’associe les pigments en fonction de l’éclaircissement : de l’irisé pour effacer le doré, et pour tirer vers le polaire, j’ajoute un reflet cendré."

Blond polaire : pour quel type de cheveux et quelle coupe ?

Pour Alexis M., le blond polaire est possible sur tous les types de cheveux, qu’ils soient fins, bouclés, sur une coupe longue ou une coupe courte, mais cette couleur est plus compliqué à obtenir sur une base de cheveux déjà colorés au préalable. De manière générale, l’expert "déconseille le blond polaire sur des cheveux abîmés. L’idéal est de le faire sur un cheveu naturel et sain." En dehors de ce cas précis, tout le monde peut se lancer d’après Alexis M : "Cette couleur ne correspond pas à un style vestimentaire en particulier, elle s’adapte à différents looks, puisqu’elle est neutre". Côté coupe, le blond polaire peut se faire sur toutes les longueurs même si certaines coupes sont "mieux mises en valeur avec cette couleur, comme les coupes graphiques, très structurées, très dessinées, ou plus fantaisistes." Pour un cheveu grisonnant en revanche, mieux vaut se tourner vers une huile éclaircissante un ou deux tons au-dessus qui camouflera mieux les cheveux blancs que le blond polaire.

Le blond polaire abîme-t-il les cheveux ?

Quelle que soit la base, l’expert travaille en douceur, et éclaircit par étapes en prenant toujours soin du cheveu : "Dès que je dépasse un éclaircissement, je travaille avec un soin pour coloration et décoloration qui s’appelle Olaplex, explique Alexis M. Je le mets dans le mélange pour chaque éclaircissement, et dans la patine. Il permet de reconstituer le cheveu et de faire en sorte qu’il ne s’abîme pas. Je cherche toujours des produits qui apportent des molécules hydratantes, en plus de l’Olaplex qui est une sécurité supplémentaire." Selon la base naturelle de vos cheveux, le blond polaire peut être réalisé en un seul rendez-vous, qui peut durer jusqu’à six heures afin de respecter un temps de pause entre chaque phase.

Blond polaire : quel entretien ?

En ce qui concerne le lavage, mieux vaut éviter les shampoings trop pigmentés, puisque le cheveu blanc absorbe les pigments. Il faut hydrater davantage, voire refaire une patine lorsque la couleur passe. Alexis M. conseille aussi d’appliquer un pré-shampoing que l’on laisse poser toute la nuit : "Pour une action hydratante plus performante, on le met sur cheveux humides", préconise l’expert. En fonction du cheveu, de la façon dont il rejette ou non le pigment et du reflet doré qui s’installe au fil des semaines, il faudra repasser entre les mains d’un expert tous les mois environs : "Si c’est un balayage, il y a moins d’entretien que pour une décoloration, insiste Alexis M. Aujourd’hui, nous avons des techniques qui permettent de travailler des couleurs plus naturelles et moins marquées. Quoi qu’il en soit, le blond polaire reste un grand changement, il faut avant tout savoir si on est prêt à l’assumer."


AUTRES CONSEILS D'EXPERTS